En 2018, Emmanuelle Gras, co-fondatrice de Dipongo a participé à la Semaine Numérique de Québec avec l’OFQJ et la délégation de 150 entrepreneurs francophones. Elle partage alors son expérience de jeune entrepreneure à l’occasion du déjeuner du CORIM sur le thème “Stratégies numériques gagnantes France-Québec”. De la création de son entreprise à son parcours à l’international et à sa stratégie pour faire face à la pandémie, Emmanuelle revient avec nous sur son aventure….

Bonjour Emmanuelle,

Jeune femme entrepreneure, tu as co-créé ton entreprise Dipongo en 2018 alors que tu n’avais que 28 ans. Peux-tu nous en dire plus ?

J’ai toujours eu envie de créer depuis que je suis étudiante. L’opportunité s’est présentée lors d’un concours où j’ai gagné avec mon idée et mon équipe. Nous voulions redéfinir le secteur traditionnel de l’éducation par l’utilisation du numérique, en particulier en intégrant de la réalité augmentée, pour permettre à des enfants de 4 à 8 ans de s’évader dans des contes fantastiques où ils prendraient part à l’aventure en devenant acteurs.

Dipongo
Fondatrices Dipongo

Trois mois après la création de Dipongo, tu t’envolais à la Semaine numérique de Québec avec l’OFQJ. Qu’est-ce qui a motivé ton choix de partir si vite à l’international ?

Nous sommes partis avec vous en début d’année 2018 après 3 mois de création de société. Le voyage avec l’OFQJ était l’opportunité pour nous de prendre la température et de confronter notre produit à l’étranger au Canada. Cela nous a été très utile car nous avons pu identifier s’il y avait un besoin et cela nous a permis de découvrir que la cible éducative était à la recherche d’innovations pédagogiques. Nous nous sommes aperçues que le rapport au numérique était complètement différent au Québec, comparé à la France.

Est-ce que cette première expérience de mobilité avec l’OFQJ a été une réussite ?  

À la suite du voyage avec l’OFQJ, nous avons eu de nouveaux partenaires comme l’Ecole branchée, des clients pilotes dans un centre de vacances, et quelques écoles. Nous avons également échangé avec un musée sur la possibilité de créer une exposition sur le thème de la créativité.

Ce voyage nous a beaucoup appris sur la culture du numérique au Canada et nous a aidé à élargir notre offre avec une version éducative.

Que s’est-il passé ensuite pour Dipongo ?

Après ce retour, nous avons continué à travailler notre produit durant toute l’année 2018.  Nous avons eu l’opportunité d’aller sur des salons comme Viva Tech où nous avons eu nos premiers clients dans le secteur du tourisme (SNCF, Ibis, des musées ludo-éducatifs comme Explorit et Kindercity en Suisse). Depuis 2 ans nous avons participé à de nombreuses missions à l’international. Nous avons eu des retours très positifs de nombreux pays, et notamment du marché américain et canadien.

Nous proposons aujourd’hui comme produits dérivés venant porter la marque Dipongo :

  • Les livres physiques DIpogo que nous vendons en librairie
  • La peluche Dipongo
  • La box d’accessoires créatifs que nous vendions principalement dans le secteur de l’hôtellerie 

Avec la crise sanitaire comment avez-vous réussi à maintenir votre activité ?

Nous avons été impactés par la Covid-19 car une partie de nos clients étaient dans le tourisme.

Pendant le confinement nous avons proposé une version gratuite de l’application aux parents et professeurs. En l’espace de 10 semaines nous avons eu plus de 35 000 téléchargements, soit plus de 60 000 utilisateurs. En l’espace de 5 mois, nous avons construit une toute nouvelle appli répondant aux besoins de nos utilisateurs. Nous avons gagné une belle communauté de professeurs qui sont devenus de véritables prescripteurs.

Dipongo vient de créer une nouvelle application, à qui s’adresse-t-elle ?  

Suite au confinement nous avons travaillé avec une nouvelle communauté d’utilisateurs (les professeurs) sur deux nouvelles offres d’abonnement, l’une destinée aux professionnels et l’autre aux particuliers.

Nous rentrons progressivement en distribution pour proposer l’offre découverte de l’abonnement Dipongo. Il s’agit d’un coffret créatif qui initie au concept de nos histoires. Ces coffrets seront prochainement à Cultura et nous sommes en négociation avec d’autres acteurs comme la Fnac ou Nature et Découverte.

Récemment, vous avez participé à une nouvelle délégation (en virtuel) organisée par Business France et soutenue par l’OFQJ, le Créative Lab. Quelle est votre stratégie de développement au Québec/Canada ?

Nous avons candidaté au Creative Lab car nous avons aujourd’hui un produit davantage robuste et prêt à être commercialisé à l’étranger. Nous voulons poursuivre nos démarches avec le Canada pour pérenniser notre offre éducation dans des regroupements de profs et écoles au Canada. Nous voulons également confrontés ce nouveau produit, ce qui est très important pour nous et pour avancer dans la bonne direction.

Pour conclure, quel est selon toi le plus grand atout d’une mission internationale avec l’OFQJ ?

La diversité des profils que nous rencontrons, la mentalité interculturelle

Merci !

Dipongo

Dipongo ce sont des histoires personnalisées qui mêlent le monde virtuel et les créations manuelles. C’est à l’enfant de dessiner, modeler, construire… pour que son histoire continue sur l’écran !
DIPONGO permet aux enfants de 4 à 8 ans de devenir les explorateurs de contes fantastiques !

Dipongo l’application qui fait quitter les écrans ! Dessine pour changer le cours de l’histoire !

www.dipongo.net

Une entreprise à suivre sur Twitter, Facebook, Instagram

Share This