préparer son séjour

Vous êtes prêt à partir au Québec ? Votre projet de mobilité est bouclé, vous avez obtenu votre lettre d’introduction ? Les billets d’avion sont réservés ? Avant de mettre le pied dans l’appareil, voici un pense-bête des démarches à avoir finalisé avant le départ et des documents à avoir en poche à votre arrivée sur le sol canadien. 

Les 4 étapes d’un projet réussi

1. Assister à une séance d’information et pour étudier toutes mes options

2. Trouver une offre d’emploi temporaire / stage / service civique

3. Effectuer ma demande de permis de travail EIC

4. Être au fait et à jour de ses assurances

CONSULTEZ – L’arrivée au Canada – Expérience Internationale Canada

Assurez-vous d’avoir bien lu les recommandations des services d’immigration du Canada.

CONSULTEZ – Conseils aux voyageurs – France Diplomatie

Le site internet du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères présente des informations très utiles dans ses rubriques Conseils au voyageurs, Ariane et Service aux citoyens.

CONSULTEZ – Services aux français – Consulat général de France à Québec – à Montréal

Des informations utiles sur différentes démarches administratives : élections, fiscalité et impôts, santé et affaires sociales, permis de conduire…

CONSEIL : Documents à prévoir avant de partir 

  • Un passeport en cours de validité (valable encore 6 mois après votre date de retour)
  • L’équivalent de 2500 $CAD sur votre compte en banque
  • Disposer d’une preuve d’assurance valable toute la duréee du permis de travail (hospitalisation/maladie/rappatriement)
  • Votre lettre d’introduction
  • Justificatifs complémentaires à fournir à l’immigration
  • Permis de conduire international

Avant de partir en mobilité courte durée (- de 6 mois)

Avant de partir en mobilité longue durée (6 à 24 mois)

Le CV à la québécoise

Les grandes règles du CV à la québécoise

  • 1 à 2 pages
  • Ne pas inclure de renseignements relatifs à votre vie privée (âge, sexe, état civil, nationalité, religion, etc.)
  • Pas de photographie
  • La description des emplois commence par le plus récent, et les fonctions occupées, les missions réalisées et les résultats obtenus sont plus détaillés que dans le CV français.
  • Privilégiez les verbes d’action (ex : analyser, informer, coordonner, concevoir, animer, etc.).
  • Prévoyez une rubrique Compétences particulières pour exposer des connaissances spécifiques susceptibles de présenter un intérêt pour l’employeur (informatique, langues parlées et écrites, connaissances et compétences reliées au poste).
  • Au Québec, la connaissance de l’anglais est valorisée et doit être mentionnée
  • Indiquez en fin de CV « références disponibles sur demande » avec 2 ou 3 références d’anciens employeurs ou professeurs. Il n’est pas rare que les employeurs québécois entrent en contact avec les employeurs précédents

Adaptez-vous au language québécois

  • Au Québec, certains postes n’ont pas la même dénomination qu’en France. Par exemple : un commercial > représentant vendeur. Renseignez-vous.
  • N’utilisez pas d’abréviations ou d’acronymes. Bannissez les sigles tels que BAC, BTS ou CAP qui ne correspondent à rien au Québec. Précisez plutôt le nom en toutes lettres de votre formation ou diplôme.
  • Indiquer la correspondance de vos diplômes dans le système québécois, afin que l’employeur ait une idée de votre niveau d’études.

Questions fréquemment posées

Puis-je voyager avec mon animal de compagnie ?

Au Canada c’est le Programme national de la santé des animaux, régit par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) qui règlemente l’entrée de tous les animaux, y compris les animaux domestiques et les animaux de compagnie non traditionnels, ainsi que les produits d’origine animale qui entrent au Canada.

Renseignez vous sur le site du Gouvernement du Canada –  Apporter votre animal au Canada et de l’Agence canadienne d’inspection des aliments

Share This
X