L’Office franco-québécois pour la Jeunesse (OFQJ) a soutenu une délégation française au Festival Elektra et à la Biennale Internationale d’Art Numérique (BIAN) de Montréal, ainsi que Samuel Aubert et sa revue Audimat au festival Mutek, qui a eu lieu lui aussi à Montréal.

La délégation de jeunes professionnels français qui participa à la 17è édition du Festival Elektra entre le 1er et le 5 Juin, et à la 3è édition de la BIAN qui elle a lieu du 3 Juin au 3 Juillet était composée de 12 participants dont  Lucie Smith, Juliette Josselin, Cécile Mahé et Florine Rupin du collectif Electroni[k],  Simon Parlange et Jean-Emmanuel Rosnet membres du Mirage Festival de Lyon,  Pierre Amoudrzu et Dorine Dzyczko de AADN Arts et cultures numériques Lyon, Victoria Thomas étudiante dans le design graphique à E-artsup Lille, Emma Buttin de l’agence de production artistique et culturelle ARTER, Fanny Belhadjar créatrice sonore spécialisée dans les arts visuels et Samuel Aubert du festival Les Siestes Electroniques

[img_assist|nid=8636|title=|desc=|link=none|align=left|width=400|height=400]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elektra et la BIAN sont des festivals d’arts numériques qui ont lieu à Montréal au début de chaque été. Cette année, les deux festivals ont fusionné et ont eu lieu en conjonction. Elektra notamment cherche à créer des liens entre les médiums de création comme la musique, la vidéo, le cinéma, le design, le jeu et l’installation sonore ou interactive en conjonction avec les plus récentes technologies numériques.

Samuel Aubert au MUTEK

Un autre spécialiste du digital français a été soutenu par l’OFQJ : Samuel Aubert, fondateur du festival Les Siestes Electroniques, a fait la promotion de sa revue « Audimat » dans le cadre de Mutek à Montréal. Le Mutek, un festival de musique électronique qui a lieu annuellement à Montréal depuis 2000, s’est déroulé cette année du 1er au 5 Juin pour sa 17è édition.

L’occasion pour Samuel de participer à un débat sur la thématique de la critique musicale francophone ("Etat de la critique musicale francophone à l’heure d’Internet et perspectives"), ainsi qu’à une rencontre avec des critiques/auteurs/journalistes/universitaires québécois écrivant sur les musiques populaires en français.

Qu’est-ce qu’ « Audimat » ?

Une écriture en langue française sur la musique libérée des contraintes d‘actualité et des formats de la presse périodique, qui rend compte de la situation actuelle de la pop music. Il s’agit de recenser ce qui se passe, d‘aller s‘entretenir avec la musique et son évolution, de se plonger méthodiquement dans l‘expérience musicale, et dans ce qu‘elle implique sur le plan des médiations, de l’imaginaire, de la société, de la pensée, de l’affectivité. La revue cherche à faire émerger une communauté d’esprits forte autour de la critique musicale en langue française, mais son action est limitée pour l’instant à la France. La Revue Audimat est distribuée à Montréal par la librairie Formats.

En savoir + :

L’Office franco-québécois pour la Jeunesse (OFQJ) a soutenu une délégation française au Festival Elektra et à la Biennale Internationale d’Art Numérique (BIAN) de Montréal, ainsi que Samuel Aubert et sa revue Audimat au festival Mutek, qui a eu lieu lui aussi à Montréal.

Théo Labi

date de création : 2016-06-09 15:36:23

Share This
X