A l’occasion du Congrès commun de la fédération France-Québec Francophonie et du Réseau Québec France, qui s’est tenu du 5 au 8 octobre dans la ville de Québec, l’OFQJ a soutenu 20 jeunes français et québécois pour réfléchir à l’implication de la jeunesse dans ces réseaux associatifs historiques  et dans la coopération franco-québécoise.

Du 5 au 8 octobre, la Fédération France-Québec Francophonie et le Réseau Québéc-France ont tenu leur Congrès commun, au Centre des congrès de la ville de Québec, sous le patronage de l’académicien Dany Laferrière. La fédération France Québec Francophonie célébrait à cette occasion son 50eanniversaire, à l’instar de l’Office franco-québécois pour la jeunesse au Québec, avec des festivités exceptionnelles.

Le Réseau Québec-France et la Fédération France-Québec / francophonie ont pour mission commune de favoriser le développement de la relation d’amitié et de coopération privilégiée entre le Québec et la France. Les deux associations sont à l’œuvre notamment dans les secteurs culturel, social et économique. Elles comptent respectivement environ 1250 membres au Québec et 2750 membres en France, répartis dans des associations régionales. De nombreuses activités sont régulièrement menées en collaboration avec l’Office franco-québécois pour la jeunesse.

C’était le cas lors de ce congrès où un « atelier jeunesse » a été organisé, mobilisant 10 jeunes français et 10 jeunes québécois sélectionnés par l’OFQJ, sollicités pour réfléchir ensemble au rôle des jeunes dans la relation franco-québécoise et à une meilleure intégration des jeunes dans les associations de ces deux réseaux.  L’animation de cet atelier jeunesse a été confiée à Vincent Lacharité-Laframboise, de l’Institut du Nouveau Monde.

"Congrès

Toutes les photos de l’atelier jeunesse

En trois sessions sur le week-end, cet atelier a permis de faire émerger des propositions pour répondre aux questions suivantes : comment recruter et impliquer les jeunes dans ces mouvements associatifs, et définir une stratégie de renouvellement des bénévoles ? quels types d’activités sont les plus attractives pour un public jeune

A l’occasion de la plénière de clôture, les jeunes ont présenté leurs recommandations à l’ensemble des adhérents présents : développer les échanges scolaires ou extra-scolaires sous différentes formes (épistolaires, voyages, projets communs), recenser et démarcher des structures locales (villes jumelées, écoles, associations étudiantes) pour construire de nouveaux projets jeunesse, mettre en place des ambassadeurs jeunesse, systématiser la représentativité des jeunes dans les instances de décision, mentorer les jeunes québécois arrivant en France afin que les associations soient un vecteur d’intégration pour les nouveaux arrivants, recruter des jeunes dans les structures scolaires et étudiantes,  valoriser la littérature jeunesse et impliquer des jeunes dans des comités de lecture d’un Prix « jeunesse » Marie-Claire Blais.

Benjamin Boutin, président de l’Association Francophonie sans Frontières et rapporteur de l’atelier jeunesse : « C’était un très bon atelier. Nous sommes parvenus à des propositions solides et des axes qui ne sont pas là pour être imposés mais que nous aimerions voir discutés et appropriés par la Fédération France-Québec Francophonie et le Réseau Québec-France. Nous espérons qu’un véritable pacte intergénérationnel puisse être conclu à la suite de ce congrès et que certaines de ces propositions puissent être développées. »

Lors de son intervention pour clôturer la session, Fréderic Guerard, également rapporteur,  précise « les idées et les opportunités concrètes pour la mixité intergénérationnelle ne sont pas exhaustives, elles peuvent être discutées, abondées, et transformées. La relève n’est pas une substitution mais l’intégration de plus de jeunes par la diversification des activités. Un enrichissement commun qui montre l’importance du dialogue entre les générations. »

En savoir plus

 

date de création : 2018-10-10 16:07:38

Share This
X