A compter du 7 septembre 2021, le Gouvernement du Canada autorise les voyageurs internationaux (visiteurs / touristes) entièrement vaccinés à rentrer sur le territoire canadien. En conséquence, l’Office franco-québécois pour la Jeunesse reprend officiellement ses programmes de mobilités courtes ne nécessitant pas de permis de travail : les délégations professionnelles sur des évènements internationaux, le soutien aux projets autonomes des jeunes entrepreneurs et professionnels de tous secteurs, les voyages d’études et les séjours d’insertion.

Parmi les projets qui devraient voir le jour en présentiel au Québec dans les prochaines semaines, on trouve une délégation de jeunes femmes de la Région Grand Est, en mission du 13 au 17 septembre sur le thème du leadership féminin et les premières mobilités des projets récompensés par l’appel à projets Relance Jeunesse 2021.

Quels programmes rouvrent au 7 septembre 2021 ?

Les programmes de mobilités dites “courtes”, c’est à dire d’une durée inférieure à 90 jours et ne nécessitant pas de permis de travail (accessibles avec une simple AVE).

L’OFQJ rouvre ainsi plusieurs programmes, notamment :

  • Le dépôt de projets autonomes, pour des projets individuels ou de groupes directement soumis par les jeunes français entre 18 et 35 ans : missions de prospection, tournées, salons professionnels, colloques, expositions, résidences artistiques courtes, voyages d’études…
  • Les délégations professionnelles sur des évènements partenaires et missions clefs en main organisées par l’OFQJ, et accessibles sur appel à candidatures

Les programmes de mobilités longues accessibles depuis le 18 juin

Les programmes de mobilités dites “longues”, de plus de 3 mois et nécessitant l’obtention d’un permis de travail, ont rouvert dès la fin juin : stages pour demandeurs d’emploi, missions de service civique, soutien financier aux stages étudiants et aux formations professionnelles.

Avec la réouverture du statut visiteur au Canada, c’est donc le 2eme volet des programmes de l’OFQJ qui reprend aujourd’hui. Les mobilités courtes représentent 44% des mobilités soutenues par l’OFQJ.

Le respect des consignes sanitaires indispensable pour pouvoir entrer sur le sol canadien

Le soutien de l’OFQJ est évidement conditionné au respect des règles sanitaires établies par le Gouvernement canadien pour l’entrée sur son territoire. Les participants seront ainsi amenés, avant leur mobilité, à signer un accord d’engagement avec l’OFQJ, concernant le respect des mesures en vigueur.  Par ailleurs, l’OFQJ a publié un Guide OFQJ en cas de crise, regroupant un certain nombre de conseils et mesures supplémentaires.

Les futurs participants sont invités à assister à l’un des webinaires d’information hebdomadaires de l’OFQJ, qui les informera sur l’état des mobilités. Si les futurs participants doivent s’informer eux-mêmes de l’évolution de la situation sanitaire et des restrictions auprès des autorités compétentes, l’OFQJ leur donne quelques grandes pistes dans l’article Quelles mesures sanitaires pour l’entrée sur le territoire canadien.

Le soutien aux projets virtuels maintenu

Etant donné les incertitudes sur la situation sanitaire, de nombreux projets franco-québécois restent organisés en virtuel. L’OFQJ maintient son soutien aux projets virtuels et peut prendre en charge une part des frais d’inscription à hauteur de 100 euros par personne, sur examen du dossier (projets payants uniquement, pas de soutien pour les projets d’échanges gratuits).

Téléchargez le Guide OFQJ en cas de crise

L’OFQJ publie un “guide d’urgence en case de crise” à destination de ses participants, regroupant un certain nombre de mesures et de conseils supplémentaires, en cas de nouvelle vague. Les jeunes qui déposent un projet auprès de l’OFQJ s’engagent à respecter les consignes sanitaires obligatoires, en signant un formulaire d’engagement à téléverser sur leur compte OFQJ.

Share This