Jeudi 21 novembre 2019 – Pour la dernière journée de travail de la Grande Rencontre des jeunes entrepreneurs du monde francophone, la Région Grand Est avait mis son hémicycle à la disposition des 200 participants. Une journée mise à profit pour clôturer les ateliers de groupe, finaliser les recommandations qui pourraient être présentées en marge du Sommet de la francophonie de Tunis en 2020, et tirer un premier bilan de cette 3e édition.

Le Parcours numérique francophone, un accélérateur d’affaires au sein de la francophonie économique

La première table ronde était consacrée à l’initiative entrepreneuriale autour du numérique lancée par les Offices de mobilité jeunesse et l’Organisation internationale de la Francophonie en 2017 et qui permet aux jeunes entrepreneurs francophones du numérique de participer à un ou plusieurs des quatre évènements d’envergure composant le « PNF » : la Semaine Numérique de Québec, le Web2Day à Nantes, le Kikk Festival de Namur et l’Africa Web Festival à Abidjan.

Animé par Astrid Laye, Chargée de projet entrepreneuriat et développement économique de l’OFQJ, ce panel rassemblait Marianne Beseme, Secrétaire générale de l’OFQJ en France, Karen Andriamamonjy de Proud Geek, Florent Guedea, co-fondateur de Guty, Laettycya Badibanga, Fondatrice de Les Pattes Jaunes.

Les anciens participants ont pu témoigner de leur expérience de ce programme, qui permet de sentir les grandes tendances du web et du numérique, de se former et d’échanger des expertises, de faire des affaires et d’élargir son réseau international.

Échanges d’idées et d’actions : le  vox pop

Après une période de rencontres d’affaires accélérées, une tribune libre a été mise en place par les facilitateurs de la 3e Grande rencontre, Francis Belime et Francis Blanrue, permettant aux entrepreneurs de témoigner et de s’exprimer sur les points qui les ont marqués et présenter les partenariats noués durant l’évènement.

Du côté des participants venus de pays francophones du Sud ressort une envie forte de travailler avec les entrepreneurs européens et canadiens, mais également l’envie de valoriser le marché africain.

Karen Andriamamonjy de Proud Geek – Madagascar « Allez en Afrique ! On a tendance à dire qu’on est en retard, mais on a besoin de se rencontrer, envie de régler les problèmes, de trouver des solutions et des inspirations à l’international à adapter chez nous à notre manière »

Pour certains participants, l’événement aura été particulièrement révélateur du potentiel de la francophonie économique. « Ca m’a ouvert les yeux sur le monde francophone que je n’avais pas considéré jusque-là, surement par erreur »

Plénière de clôture

A l’occasion de la plénière de clôture, les Offices de mobilité et les partenaires impliqués dans l’organisation de la 3e Grande rencontre sont intervenus pour débattre du rôle des institutions dans le développement de la francophonie économique, leur engagement pour créer des évènements marquants et fédérateurs, et les perspectives futures de la Grande rencontre des jeunes entrepreneurs du monde francophone. 

La plénière était animée par Marianne Beseme et Jean-Stéphane Bernard, Secrétaires généraux de l’OFQJ, ayant porté respectivement les projets des 3e et 1ère éditions.

François-Xavier Reymond, Délégué adjoint aux Relations avec la société civile au Ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères a rappelé le rôle des gouvernements et l’importance des règlementations et des cadres légaux pour permettre de pousser les initiatives et traiter de sujets innovants.

« La francophonie, c’est tout d’abord une langue, et des personnes. Et c’est exactement ce que cet événement représente. En soutenant la Grande rencontre, notre objectif est bien sûr de soutenir le développement des entreprises françaises, mais aussi faire valoir l’attractivité du territoire français et ses structures d’incubation et d’accompagnement. »

M. Raymond a ainsi pu présenter le passeport « Welcome to France », le service d’accueil des talents internationaux qui a pour mission d’informer et de faciliter les démarches des entrepreneurs francophones pour s’établir en France.

Elsa Schalck, Vice-Présidente de la région Grand Est et administratrice de l’OFQJ a salué l’OFQJ pour l’organisation de la Grande rencontre, précisant que malgré la mondialisation et la place importante du numérique dans les échanges, « Rien ne remplacera l’humain et la rencontre en présentiel. Faire se rencontrer des personnalités et des profils différents, ayant en commun la langue française, permet un changement de prisme qui est enrichissant. Il faut identifier d’autres axes qui pourraient bénéficier de ce types de rencontres, par exemple le leadership féminin. »

Coté Québec, Claire Deronzier, Déléguée aux Affaires francophones et multilatérales du Québec à Paris, et représentante du Québec auprès de la Francophonie et l’OCDE a souhaité que  « le Québec soit conscient de tout le potentiel de la francophonie économique. Il est dans les missions des gouvernements de chercher des pistes concrètes pour faciliter la vie des entrepreneurs, et de trouver des pistes pour structurer les échanges entre les nations francophones et construire des stratégies économiques ».

Mme Deronzier a également encouragé les participants à penser leurs projets à la fois en terme de besoins des hommes et des femmes.

Abou Gueye, Secrétaire exécutif du Réseau international des jeunes entrepreneurs de la CONFEJES a témoigné de sa participation aux programmes de la Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports de la Francophonie,  et a souhaité que les différents réseaux d’entrepreneurs puissent utiliser les Grandes rencontres pour s’associer et s’unir afin de proposer des réseaux étendus aux entrepreneurs.

Charles Vosters, Président du Réseau International des entrepreneurs francophone (RIFE), a souligné le besoin d’échanger et de faire fonctionner l’intelligence collective pour avoir des solutions et des réponses à présenter aux gouvernements et aux institutions internationales.

Cette dernière journée d’interventions et de débats constituait la fin de la 3èmeGrande rencontre des jeunes entrepreneurs du monde francophone. Une journée additionnelle le vendredi 22 novembre a permis aux entrepreneurs québécois de pousser leur exploration de la Région Grand Est en se rendant à Nancy pour une journée de visites d’entreprises. Une quatrième Grande Rencontre est envisagée en 2020.

Share This
X