23.10. 2019 – Lucil B.

#Témoignage

Comment et pourquoi Charlotte se retrouve aujourd’hui à plus de 5 000km de chez elle à vivre l’une des plus belles expériences de sa vie ?

En mission de service civique d’un an au Centre de la Francophonie des Amériques depuis février 2019, Charlotte nous raconte tout ce qu’elle y a découvert :

 

Tout a commencé à la fin de mon Master en communication et de mon contrat d’alternance dans l’événementiel, j’étais un peu perdue sur ce que je voulais faire de ma vie et surtout vers quoi m’orienter.

En plus de ça, j’avais envie de voir du pays, de voyager et vivre de nouvelles expériences. Je pensais déjà depuis quelques années à partir à l’étranger pour travailler après mes études mais tout était assez flou. J’ai pensé aller au Canada mais je ne savais pas vraiment comment trouver un job, comment m’y prendre. Alors j’ai commencé à chercher une mission de Service Civique. Au départ, je ne pensais même pas que ça serait possible d’en faire une au Canada, et puis finalement me voici à Québec pour un an.

L’objectif de la mission de Service Civique c’était pour moi un moyen d’allier mon envie de faire quelque chose d’utile, de vivre une expérience qui me permettrait d’en apprendre plus sur le Québec, sa culture mais aussi de valoriser cette expérience pour ma vie professionnelle.

J’avais postulé à une première mission mais finalement à la suite de mon entretien, ma structure d’accueil m’a proposé une autre mission plus en accord avec mon expérience et mes centres d’intérêt. Aujourd’hui, je m’occupe donc d’organiser et de coordonner des Rendez-vous littéraires entre des auteurs francophones du continent américain et des étudiants de secondaire, post-secondaire et universitaire francophones ou qui apprennent le français.

 

A côté de ça, j’écris des articles sur les actualités littéraires francophones des Amériques, je participe à la promotion de la Bibliothèque des Amériques, une bibliothèque numérique gratuite 100% francophone destinée aux francophones et francophiles du continent. Je travaille aussi sur la recherche de financement pour les programmes rattachés à la Bibliothèque des Amériques et je suis en appui sur différents projets menés par le Centre.

Je suis impliquée dans l’Heureux comité, le comité d’entreprise qui s’occupe du bien-être au travail dans ma structure. On organise des événements comme des 5 à 7, encore des petits-déjeuners, des déjeuners communautaires, des activités entre collègue, etc.

Mis à part le travail, j’alterne entre cours de yoga, séance de natation et soirée entre collègues et amies. J’ai eu de la chance d’avoir eu un coup de cœur amical pour une autre volontaire en Service civique avec qui je vis cette expérience. Comme nous travaillons dans la même structure et que nous nous entendons bien avec nos collègues, on fait des soirées, des activités pour découvrir Québec et ses environs.

Récemment, j’ai visité la Gaspésie où j’ai découvert encore un autre univers que Québec. C’était magique ! J’ai eu un énorme coup de cœur pour le Parc National du Bic qui est absolument magnifique. Un de mes meilleurs souvenirs de ce voyage est sans aucun doute lorsque durant une balade à la tombée de la nuit j’ai rencontré un jeune orignal à même pas 10 mètres de moi. C’était impressionnant, il était beau, calme, une rencontre vraiment inattendue.


                                             Charlotte sur la route 132 en Gaspésie

 

Je me sens vraiment chanceuse de vivre cette expérience, de rencontrer autant de belles personnes et de pouvoir sortir de ma zone de confort. Je me sens grandir avec le temps et je pense que c’est une expérience qui nous change à jamais. Elle nous enrichit, elle nous permet de voir d’autres horizons et d’ouvrir nos yeux au monde.

Je me souviens lorsque je suis arrivée à Québec, une semaine après il y a eu la plus grosse tempête de l’hiver si bien que je n’ai pas pu aller travailler et que la ville était quasi bloquée. Je me suis demandée dans quoi je m’étais aventurée et finalement je me sens transformée aussi bien personnellement que professionnellement. J’ai eu beaucoup de chance d’avoir été accompagnée par l’OFQJ pour la préparation de mon voyage et ça a réellement changé la donne dans cette expérience.

Professionnellement, j’ai acquis de nouvelles compétences dans la gestion de projet, j’ai dépassé mes peurs face à certains défis que l’on m’a donné.

Ce qui est génial, c’est que notre position de Service Civique est tout de même assez privilégiée. Elle favorise réellement les échanges et la collaboration avec l’organisme chez qui on travaille. C’est valorisant de se sentir écouté, de pouvoir participer à des projets qui ont des impacts positifs.

Personnellement j’ai découvert la grande famille de la francophonie et plus précisément de la francophonie américaine. J’étais à 1000 lieux avant de partir de savoir que ma propre langue était autant parlée sur le continent et que de nombreuses communautés se battent au quotidien pour vivre en français dans des régions minoritaires.

Désormais, la fin pointe le bout de son nez dans quelques mois et même si je ne suis pas sûre à 100% dans ce que je veux faire, je me sens plus confiante en moi et je sais que je veux continuer à donner du sens à mon travail et avoir une implication positive dans la voie que je choisirai.

 

 

Share This
X