30.01.2020 _ Guillaume

#Portrait – Contrairement à la photo, ici à Montréal, elle est toujours habillée en tenue de neige intégrale et escortée d’une dizaine d’enfants.  Elle passe d’ailleurs difficilement inaperçue dans l’espace de coworking dans lequel elle effectue sa mission. Voici le portrait d’Océane G., 20 ans depuis octobre dernier et actuelle benjamine des volontaires OFQJ.

 

Je suis née, j’ai grandi et toujours vécu à Roubaix. J’effectue présentement ma mission à Montréal au Canada et ce depuis le 15 juillet 2019. Ça fait 6 mois que je suis là et il me reste encore quelques mois ici puisque je pars le 3 juin prochain.

Peux-tu me décrire la mission dans laquelle tu es engagée ?

Mon titre ici c’est : “facilitatrice de programmes”. Ça signifie que je suis en mission avec des enfants et que j’organise des activités pour et avec eux. Du mardi au vendredi je suis sur le terrain, en activité avec des enfants.

Ma structure, Le lion et la Souris, prône ce qu’on appelle « le jeu libre ». Ça semble conceptuel comme ça mais c’est assez simple puisqu’on part de l’imagination des enfants : on leur donne des objets de récupération comme des bouts de bois, des tissus, cordes, etc. et on va jouer en extérieur. Chaque journée est unique puisqu’on part vraiment des envies et de l’imaginaire  des enfants avec qui on partage la journée !

Par exemple, ce matin je suis arrivé à 9h00 à Temps Libre, je me suis préparée, j’ai été faire un tour au champs des possibles puis au marché des possibles [c’est ce qui entoure le bâtiment]. En général l’équipe fait un tour de vérification pour s’assurer qu’il n’y a rien de dangereux pour les enfants. Ensuite je les ai accueillis, puis avec l’équipe nous avons sorti les affaires de l’espace de stockage extérieur et on a joué toute la matinée dehors. A l’heure du dîner on a mangé tous ensemble. Durant la journée je ne me sépare jamais des enfants. L’après-midi c’est souvent plus ou moins la même chose. Les enfants du matin partent vers 15h00 pour rentrer chez eux et on va récupérer des groupes scolaires à la sortie des écoles avec qui on joue jusqu’à 18h00.

 Pourquoi avoir choisi de candidater à cette mission ?

Par ce que j’aime les enfants et la mission surtout. J’ai candidaté ici ni pour ni la ville, ni pour le pays mais vraiment pour la mission et l’opportunité que ça représentait de m’engager dans une structure qui accueille des enfants.  

En arrivant j’étais très étonnée car je m’étais imaginée que ça serait des activités peut être plus encadrées et plus organisées mais avec le temps je m’aperçois qu’on peut aussi s’amuser sans avoir de programme prédéfini. J’y prends beaucoup de plaisir, c’est vraiment top !

Pourquoi avoir choisi de t’engager maintenant dans une mission de service civique ?

Avant même de candidater j’avais pris une année sabbatique. Je me questionnais beaucoup sur mon avenir, j’étais un peu perdue. A part garder des enfants à l’occasion et travailler dans des centres de loisirs, je n’avais pas beaucoup d’activité. C’était vraiment une belle opportunité et il fallait que je m’investisse dans un projet.

Pourquoi avoir fait un service civique ?

Le service civique me paraissait être un bon moyen de partir à l’étranger pour acquérir de l’expérience. Même si j’ai été engagée dans plusieurs associations je cherchais surtout un moyen de venir à l’étranger et m’engager dans une mission qui me motivait.

Si tu devais résumer ton expérience ici en 3 mots : évolution personnelle, autonomie, amitiés
Share This