Prise de poste : du 31 octobre au 2 novembre

 

L’Office franco-québécois pour la jeunesse, en collaboration avec l’Organisation internationale de la Francophonie et Les Offices jeunesse internationaux du Québec, soutient financièrement la participation de 5 jeunes entrepreneures françaises ayant un intérêt avéré pour les questions liées au femmes et à l’autonomisation économique des femmes dans l’espace Francophone pour participer à la Conférence des femmes de la Francophonie.

 

Soyez les 5 jeunes leaders françaises à la Conférence des femmes de la Francophonie !

L’avenir de la Francophonie et de l’espace économique francophone ne peut s’envisager sans la prise en compte du rôle des femmes, qui constituent des leviers et des maillons essentiels pour la croissance et le développement. Or, malgré l’objectif dédié à l’égalité entre les sexes et à l’autonomisation des femmes dans  les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) en 2000, puis les Objectifs de développement durable (ODD) en 2015, les femmes demeurent encore aujourd’hui majoritairement en marge des processus économiques. Elles veulent une plus grande reconnaissance de leurs apports. Sans elles, point d’émergence est garantie. Elles souhaitent aussi sortir du secteur informel dans lequel elles sont cantonnées.

 

Consciente de cette situation, la Francophonie s’est fermement engagée, dès l’an 2000, à promouvoir l’égalité femme-homme, notamment dans sa dimension économique, lors de la première Conférence des femmes de la Francophonie à Luxembourg. Les États et gouvernements membres de la Francophonie ont par la suite placé l’autonomisation économique des femmes au cœur de leur action en adoptant, en 2014, la Stratégie économique de la Francophonie. Cette stratégie est un enjeu prioritaire, car l’indépendance économique est garante de l’émancipation des femmes, leur donne voix au chapitre, et leur permet de participer pleinement à la croissance de leur pays, qui se doit d’être inclusive. Dans le cadre des 20 ans de la Plateforme d’action de Beijing, la Francophonie s’est également dotée, en mars 2015, d’une « Déclaration francophone sur l’autonomisation économique des femmes ».

La Roumanie, pays hôte de la Conférence des femmes de la Francophonie, attache une importance  particulière à l’essor d’un espace économique francophone qui prône non seulement la solidarité et la coopération, mais également l’équité et la réduction des inégalités.

 La Conférence

 La Conférence de Bucarest doit permettre aux États et gouvernements membres de l’OIF d’apprécier leurs engagements et les réalisations concrètes au titre de la Déclaration de Luxembourg de 2000, de la Stratégie économique de 2014 et de la Déclaration ministérielle de 2015. Elle se fixe notamment pour buts de :

 

1)     Formuler des recommandations stratégiques en faveur de l’autonomisation économique des femmes (droits, renforcement des capacités, entrepreneuriat, leadership). Ces recommandations permettront de constituer un Plan d’action francophone pour l’autonomisation économique des femmes et de nourrir les réflexions engagées par l’OIF en vue de l’élaboration d’une Stratégie francophone en matière d’égalité femme-homme, qui sera soumise à l’adoption des chefs d’Etat et de gouvernement au XVIIe Sommet de la Francophonie d’Erevan (Arménie) en 2018.

 

2)     Mettre en place un Réseau francophone de femmes entrepreneures visant l’échange de bonnes pratiques quant au démarrage, au financement et à l’expansion d’une entreprise. Pendant la Conférence de Bucarest, des femmes et des hommes issus de toutes les régions de l’espace francophone viendront rappeler l’importance d’appliquer le principe d’égalité femme-homme dans le secteur économique pour une croissance partagée et durable. En tant que partenaires actifs de la Francophonie, les membres de la société civile (organisations  non gouvernementales Réseau francophone pour l’égalité femme-homme) seront  associés à l’évènement. Ils seront invités, aux côtés de représentants gouvernementaux et d’entreprises, à valoriser et à illustrer l’apport et le savoir-faire des femmes. Ils partageront également leurs bonnes pratiques et les leçons apprises.

Elle réunira environ 450 à 500 personnes et s’adresse aux représentants de la société civile, en présence des ministres des 84 États et gouvernements membres et observateurs de la Francophonie (ministre de la Condition féminine, ministre de la Francophonie, etc.).

Des représentants des organes de la Francophonie seront également présents (Assemblée parlementaire de la Francophonie, Agence universitaire de la Francophonie, TV5Monde, Université Senghor, Association internationale des maires francophones, Conférence des ministres de l’Éducation de la Francophonie / CONFEMEN, Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports de la Francophonie / CONFEJES).

En outre, des membres des organisations internationales et régionales, partenaires de la Francophonie, en particulier des représentants de la société civile et du secteur privé seront invités.

Programme

La Conférence comprendra deux séquences : a) séances plénières, b) ateliers, rencontres et témoignages. Grâce aux technologies numériques, chaque séquence fera appel à l’audience et à la présence virtuelle de milliers de francophones dispersés sur les cinq continents. Tous les domaines économiques auxquels les femmes participantes apportent une contribution notable seront évoqués lors des travaux. Enfin, on célébrera de manière festive  l’excellence des femmes dans le  cinéma et  la mode, en reconnaissant les chaînes de valeurs, le savoir-faire et la qualité.

Les 3 axes thématiques de la Conférence sont :

Axe thématique 1 : « Droits des femmes et accès au marché du travail » 

Une pleine autonomisation économique des femmes commence par la mise en place d’un environnement juridique favorable à l’égalité femme-homme, par la promotion de leurs droits et d’accès au marché du travail. Il est nécessaire d’accélérer l’adoption de mesures effectives garantissant l’accès à un salaire décent, un lieu de travail sûr et une protection contre la discrimination, mais aussi d’entreprendre des réformes visant à donner aux femmes les mêmes droits aux ressources économiques et au crédit.

Aspects qui seront traités : Accès à un travail décent, à la protection sociale, aux ressources économiques et au crédit ; prévention et lutte contre les discriminations et les violences au travail ; éducation, formation professionnelle et renforcement des capacités.

Axe thématique 2 : «  Innovation et entrepreneuriat féminin »  

La capacité des femmes à innover et à s’investir dans l’entreprise est un autre atout majeur pour accéder à l’autonomisation économique. Indissociables, l’innovation et l’entrepreneuriat contribuent à améliorer la compétitivité, à créer davantage de valeur ajoutée, à dynamiser l’activité économique et à ouvrir de nouvelles perspectives de croissance aux femmes.

Aspects qui seront traités : Innovation, numérique et entrepreneuriat féminin ; agriculture et énergies renouvelables ; filières économiques porteuses : littérature, mode et cinéma.

 Axe thématique 3 : « Leadership des femmes dans la gouvernance économique »

L’autonomisation économique des femmes passe par un accès égal aux postes de direction (cadres, administratrices) dans les entreprises. La participation des femmes à la gouvernance économique peut notamment avoir une influence sur le développement local et national, les affaires mondiales ou les enjeux économiques qui concernent la vie quotidienne des femmes et des jeunes.

Aspects qui seront traités : Femmes dirigeantes au sein des instances de décisions économiques : des parcours aux leviers d’action (privé/public) ; renouvellement du modèle du cadre dirigeant : encourager la mixité dans la gouvernance économique.

 

Profil des candidats

Les candidates souhaitant participer au à la Conférence des femmes de la Francophonie doivent :

  • avoir entre 18 et 35 ans
  • être Française
  • être une jeune entrepreneure
  • avoir un intérêt marqué pour l’une des trois thématiques abordées.

Soutien financier

L’OFQJ donne l’opportunité aux jeunes entrepreneurs français de bénéficier d’un soutien financier de 500 euros pour participer à la Conférence des femmes de la Francophonie de Bucarest.

Le versement du soutien financier se fera sur preuve d’achat du billet d’avion et de l’inscription à la Conférence des femmes de la Francophonie.

En contrepartie, chaque bénéficiaire devra remettre à l’OFQJ une synthèse de sa mission à l’évènement, lors de son retour en France.

Certains frais restent à la charge des participants:

  •  Les frais de transports France – Bucarest
  • L’hébergement sur place pour les nuits du 31 octobre au 2 novembre 2017 (2 nuitées)
  • Les repas
  • Les frais de dépenses personnelles

 

Dossier de candidature

 Vous pouvez poser votre candidature en ligne en joignant une lettre précisant vos motivations, les thèmes suscitant votre intérêt ainsi que vos attentes (maximum 2 pages), un CV et tout autre document que vous jugerez utile à l’instruction de votre candidature.

Renseignements

Pour toute information complémentaire :

 Astrid Laye, Chargée de projets Export et coopération professionnelle, OFQJ

 Tél. + 33 (0)1 49 33 28 83 – alaye@ofqj.org

 
 

 

L’Office franco-québécois pour la jeunesse, en collaboration avec l’Organisation internationale de la Francophonie et Les Offices jeunesse internationaux du Québec, soutient financièrement la participation de 5 jeunes entrepreneures françaises ayant un intérêt avéré pour les questions liées au femmes et à l’autonomisation économique des femmes dans l’espace Francophone pour participer à la Conférence des femmes de la Francophonie.

 

Communication

date de création : 2017-09-22 11:45:54

date limite de candidature : 2017-10-01T00:00:00

Share This
X