Le partenariat européen AKI lancé en 2015 arrive à son terme. Un de ses objectifs principaux consistait à rénover, adapter et simplifier la démarche de valorisation des apprentissages.

 

Bien connu des stagiaires en perfectionnement professionnel et de leurs tuteurs sous le nom de TCC, Tutorat & Capitalisation de Compétences, l’outil de valorisation des apprentissages est maintenant sur le point d’être testé en ligne pour un accès opérationnel dès la rentrée 2017. Après deux années de partenariat avec des opérateurs de la mobilité internationale et de la formation des adultes*, la version révisée doit beaucoup aux échanges entre partenaires et leurs publics respectifs, relevant tant des professionnels de jeunesse que des ressources humaines, de l’emploi et de la formation.

Un séminaire d’étude fut aussi réalisé l’année dernière à Montréal, auquel on doit des apports déterminants dans l’élaboration du nouvel outil, grâce aux rencontres organisées avec des participants OFQJ, des employeurs et des spécialistes en matière de compétences, de formation ou d’apprentissages non-formels, dont notamment : Ewan Oiry et Sylvie Guerrero de l’UQAM (Ecole des Sciences de la gestion), ainsi que l’Institut de coopération et d’éducation des adultes (ICEA) avec Daniel Baril et Hervé Dignard, le Carrefour Jeunesse Emploi d’Arthabaska à Victoriaville avec Luc Dastous, les Collèges d’enseignement général et professionnel (CEGEP) André-Laurendeau et Collège Rosemont.

 

Le partenariat s’est attaché à définir une grille de compétences transversales propres aux expériences de mobilité internationale, applicables tant à des fins d’insertion socio-professionnelle que d’engagement citoyen.

 

Les 5 compétences AKI

[img_assist|nid=9134|title=|desc=|link=none|align=left|width=460|height=433]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’outil utilise l’image du jeu de cartes que le participant tient entre ses mains : chacun part avec un jeu, dont le contenu peut varier, s’enrichir avec les expériences. Les cartes à jouer diffèrent en fonction des situations, il revient à chacun de « jouer » les bonnes cartes, celles qu’il a en mains, celles qu’il acquiert tout au long de son parcours.

 

Fort de ces nouvelles compétences, l’outil de valorisation des apprentissages de l’OFQJ fonctionnera désormais selon une démarche simplifiée. A la rentrée 2017 :

  • l’inscription du participant OFQJ sur l’outil de valorisation sera automatique (avec son inscription sur la base de données OFQJ)
  • de même, le lieu d’accueil n’aura pas besoin de procéder à sa propre inscription
  • le participant et son tuteur accèderont à une interface unique, comportant un onglet pour chacun, consultable par l’un et par l’autre
  • il n’y a plus qu’une seule évaluation (en fin d’expérience) pour une seule grille (les 5 compétences AKI)
  • l’évaluation met en lumière les compétences les plus développées pendant l’expérience de mobilité ; il ne peut pas y avoir d’évolution négative ; ces compétences sont ses points forts, ceux sur lesquels il peut s’appuyer pour rendre compte de ses apprentissages dans un vocabulaire commun avec le recruteur, le formateur, etc. en leur trouvant des illustrations concrètes
  • en plus de l’attestation de mobilité délivrée par l’OFQJ à tous ses participants, les utilisateurs de l’outil recevront un document de valorisation personnalisé, reprenant les compétences développées à l’occasion de leur expérience internationale

[img_assist|nid=9137|title=|desc=|link=none|align=left|width=445|height=442]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les compétences AKI et leur mise en valeur par l’outil pour les participants OFQJ en stage joue un rôle pédagogique plus qu’il ne mesure, au sens strict, les compétences acquises ou développées ; il a valeur de sensibilisation aux acquis de la mobilité internationale, à l’impact des expériences sur le parcours individuel à des fins d’insertion socio-professionnelle ou d’engagement citoyen.

 

* coordinateur : l’Institut supérieur de formation permanente de Bordeaux ; partenaires : l’Office franco-québécois pour la jeunesse, l’Office franco-allemand pour la jeunesse, l’Union wallonne des Entreprises ; associés : le Bureau international Jeunesse de Wallonie-Bruxelles, Les Offices jeunesse internationaux du Québec

 

Pour en savoir plus :

 

Le partenariat européen AKI lancé en 2015 arrive à son terme. Un de ses objectifs principaux consistait à rénover, adapter et simplifier la démarche de valorisation des apprentissages.

 

Communication

date de création : 2017-06-13 14:36:23

Share This
X