Du 8 mars au 7 avril 2012, le Théâtre du Rond-Point accueille « Belles-Sœurs » d’après Les Belles-Sœurs de Michel Tremblay. [img_assist|nid=6356|title=|desc=|link=none|align=right|width=284|height=59]

Livret, paroles et mise en scène de René-Richard Cyr. Musique de Daniel Bélanger. Une distribution québécoise exceptionnelle dont la grande comédienne Janine Sutto, l’une des interprètes des premières de la pièce en 1968. Cette nouvelle version musicale comme sa version originale ont connu un énorme succès au Québec. Ecrite en 1965 et jouée en 1968 pour la première fois, « Les Belles-Sœurs » constitue aux yeux de bien des spécialistes le point de départ du nouveau théâtre québécois.

 

Résumé

[img_assist|nid=6355|title=|desc=|link=none|align=center|width=537|height=415]

La règle du jeu : 1965, Germaine gagne un million de timbres-primes à coller dans un catalogue promotionnel, genre La Redoute ou les 3 Suisses. 100 points pour une assiette, 1000 pour un coussin, etc. Objectif : tout coller afin de tout recevoir gratos. Puis remeubler, redécorer, avec belle vaisselle et verres en verre. Elle appelle en renfort les soeurs, les belles-soeurs, les copines et les voisines. À quatorze, elles débarquent. Et elles collent, chantent, se racontent, s’affrontent. Plus on colle, plus les timbres disparaissent, car l’homme est bon même quand c’est une femme mais pas tout le temps. Et les confidences affleurent, drames, farces et révélations. Quinze femmes dans une cuisine. Sur un champ de bataille des humanités simples et rayonnantes, les belles-soeurs finissent mal la journée, mais en chansons, avec panache.
En 1968, Michel Tremblay crée l’événement en imposant sur la scène québécoise la langue parlée des Québécois. Première pièce en « joual », succès historique, traduite en plus de vingt-cinq langues, Les Belles-Soeurs balaye les convenances par un langage urbain, immédiat. Et Tremblay offre une vision cruelle et novatrice de tous les états de la femme. La soeur, la fille, la mère, la seule, la travailleuse, l’abusée, la vieille fille, la pute ou la puritaine. Quarante ans plus tard, avec la complicité de Tremblay, le plus lu des écrivains québécois, et du compositeur Daniel Bélanger, le metteur en scène René Richard Cyr transforme la pièce en théâtre musical. Il en fait un bouquet d’humanités féminines et d’énergies flamboyantes. Une deuxième vie pour Belles-Soeurs, triomphe outre-atlantique, porté par une fabuleuse troupe de comédiennes d’exception.

 

Retour du Théâtre Québecois à Paris

Evénement théâtral important pour les Québécois que de retrouver « Belles-Sœurs » à nouveau à Paris presque 40 ans après sa première version en 1973 à l’Espace Pierre-Cardin.
 
Par amour ou par curiosité pour le Québec, son théâtre, sa langue ou son histoire, il faut voir « Belles-Sœur ». L’OFQJ vous invite à réserver rapidement vos places.
 
Deux autres spectacles sont présentés pendant la même période. Deux spectacles français dans lesquels on retrouve deux comédiens québécois : Hubert Lemire dans « A l’Ouest » et Marie-Eve Perron (la magnifique adolescente dans « Forêts » de Wajdi Mouawad  est l’une des interprètes de la pièce « Le Torticolis de la girafe ».

 

Réservation et Tarifs

Pour assister à la représentation de Belles Soeurs, une réservation est indispensable et doit s’effectuer en appelant au 01 44 95 98 21.

Les moins de 30 ans et les demandeurs d’emploi bénéficient d’un tarif préférentiel à 12 euros (au lieu de 34 euros).

 

en savoir plus

Du 8 mars au 7 avril 2012, le Théâtre du Rond-Point accueille « Belles-Sœurs » d’après Les Belles-Sœurs de Michel Tremblay. [img_assist|nid=6356|title=|desc=|link=none|align=right|width=284|height=59]

Clara Sansberro

date de création : 2012-01-24 16:30:36

Share This
X