Un article de Ludovic Hirtzmann paru dans l’édition du Figaro du 2 janvier 2013 revient sur l’engouement grandissant des jeunes français pour le Québec.

 

Extrait

«Au Québec, il n’y a pas de stress. En France, l’ambiance est lourde, l’actualité pesante. Ici, les nouvelles sont positives.» Cédric Marty, boulanger de 29 ans originaire de l’Aveyron, savoure son nouveau bonheur. Il vit à Montréal depuis six mois. Il travaille dans une chaîne de boulangeries où l’ambiance et les conditions de travail sont meilleures qu’en France. «J’ai un visa de travail de deux ans. Je ferai un bilan à la fin, mais je pense rester au Québec», lance-t-il, l’accent chantant.

Un avis que partage Gaëlle Mazé, une jeune Bretonne de Quimper, licenciée en biologie. «J’aime le pays. Le climat est chaleureux. Je me sens chez moi. J’ai envie de travailler au Musée d’histoire naturelle de Toronto», explique-t-elle. À l’instar de cette jeune femme de 23 ans, les Français sont «dingues du Québec», comme l’a titré récemment le Journal de Montréal. Ils partent pour la Nouvelle-France dans un exode sans précédent.

Chaque année, l’Ambassade du Canada à Paris met 6750 permis vacances-travail (PVT, des visas temporaires d’un an) à la disposition des Français de 18 à 35 ans. À la mi-novembre 2012, ils se sont envolés en 48 heures. Du jamais-vu! En 2010, il avait fallu un mois et en 2006 près d’un semestre. «On note une forte augmentation du nombre d’immigrants du continent européen. Cette progression s’explique par un volume plus élevé de nouveaux arrivants (…) de France», souligne une toute récente note du ministère de l’Immigration du Québec.

 

Un article de Ludovic Hirtzmann paru dans l’édition du Figaro du 2 janvier 2013 revient sur l’engouement grandissant des jeunes français pour le Québec.

 

Centre de ressources

date de création : 2013-01-04 12:54:17

Share This
X