Mercredi 20 novembre – Pour la troisième et avant-dernière journée de la Grande rencontre des jeunes entrepreneurs du monde francophone, c’est à l’ENA, l’Ecole Nationale d’Administration que se retrouvaient les 200 entrepreneurs, pour une journée de conférences inspirantes et de travail de groupes autour des quatre thématiques : développement durable, entrepreneuriat social, entrepreneuriat féminin, industrie numérique et technologique, permettant d’amorcer des réponses aux premières problématiques et de faire émerger les premières recommandations.

Pour illustrer des opportunités concrètes, une présentation de l’initiative Créativité entrepreneuriale jeunesse en francophonie LOJIQ a été réalisée par Gaëlle Généreux pour les entrepreneurs francophones du Nord et du Sud qui souhaiteraient intégrer un programme de 2 à 12 semaines en incubateurs/accélérateurs au Québec. Les Québécois quant à eux peuvent intégrer des programmes similaire dans toute la francophonie. Le déjeuner réseautage offert par Desjardins a permis a Côme de Bagneux d’aborder le volet implantation et financement de projets au Québec avec par les dispositifs d’accompagnement bancaire à l’international de Desjardins.

Conférence du RIFE «De Start-Up à Scale-Up : comment effectuer ce passage avec succès ?»

Le Réseau International Francophone des Entrepreneurs, a été présenté à la Grande rencontre par Charles Vosters de Belgique et Jérôme Scalia de France. C’est une association internationale basée à Strasbourg, créée il y a deux ans à l’issue de la première Grande rencontre des entrepreneurs du monde francophone de Montréal pour répondre aux problématiques et besoins posées par les participants. Cette communauté d’entraide ouverte aux entrepreneurs francophones, fédère et accompagne les entrepreneurs sur les cinq continents

https://rife.international

Plénière « Quel avenir pour l’entrepreneuriat féminin ? »

Tout au long de la 3e Grande rencontre, le thème de l’entrepreneuriat féminin a été traité de manière transversale dans tous les groupes de travail. Pour alimenter les réflexions, une plénière animée par Valérie St-Jean du Québec, Commissaire en développement économique à la ville de Montréal a permis à plusieurs entrepreneures de la délégation (composée de femmes à 40%) de s’exprimer sur les motivations, les obstacles et les réussites rencontrées par les femmes chefs d’entreprise.

La Région Grand Est a également présenté l’accord cadre pour l’entrepreneuriat féminin mis en place sur le territoire par le Président Rottner et des actions allant de la mise à disposition d’outils financiers, la sensibilisation des jeunes femmes à l’entrepreneuriat et la valorisation des projets portés par des femmes.

Il est ressorti de cet échange de nombreux constats et réflexions, comme les différences de perceptions des femmes entrepreneures dans les pays européens, américains et africains, la manière dont les médias couvrent (ou non) les projets portés par les femmes,  la question des levées de fonds, et l’importance des réseaux d’entrepreneures pour concilier les difficultés quotidiennes travail/famille.

Un premier temps de bilan

A l’issue des ateliers de l’après-midi, un premier temps de restitution a eu lieu avec les facilitateurs entrepreneurs, Francis Belime du Québec et Francis Blanrue de France, permettant aux premières tendances, problématiques et solutions de prendre formes : comment devenir « des acteurs de changement, et non des agents de maintien », la co-création de nouveaux projets, l’échange de compétences, la manière de garder l’humain au cœur des actions, le rôle de la communauté internationale francophone, les réseaux d’entraide et de mentorat…

En savoir plus

La 3e Grande rencontre des jeunes entrepreneurs du monde francophone

Share This
X