La délégation de professionnels français financée par la Région Ile-de-France engagés dans la lutte contre les discriminations est partie à la rencontre de ces québécoises et québécois qui initient et coordonnent des projets porteurs d’égalité professionnelle. Parmi ceux-ci, la délégation a eu un coup de cœur pour deux « geekettes » inspirantes, fondatrices et initiatrices d’actions permettant aux femmes d’apprendre à programmer et à s’approprier les outils du web.

Les femmes dans le milieu des technologies sont rares, beaucoup trop rares. Au Québec, moins de 10% des entrepreneurs du milieu technologique sont des femmes. À l’Université du Québec à Montréal comme à l’École polytechnique, elles n’étaient que 9% à faire partie du programme de baccalauréat en informatique, l’hiver dernier. En réponse à cela, les femmes se mobilisent et s’organisent en réseau afin de féminiser le milieu. Elles donnent aux femmes des outils et une compréhension du web pour qu’elles puissent s’y retrouver, y travailler et transmettre à d’autres jeunes femmes leur passion du langage HTML, CSS, WordPress etc. Cassie et Rebecca, toutes deux amoureuses de la programmation et travaillant dans le domaine, nous ont présenté respectivement Ladies Learning Code et Pixelles.

Ladies Learning Code

Ladies Learning Code (LLC) se développe depuis plus de trois ans maintenant à Montréal. L’organisme à but non lucratif né à Toronto propose en effet de démocratiser l’art du code et de la programmation. Mis sur pied pour encourager les femmes à se lancer dans un univers masculin, l’organisme est ouvert aussi aux hommes et a même développé des classes pour les enfants. LLC offre des ateliers thématiques environ deux fois par mois. Par exemple, pour la fête des mères, l’organisme offre un atelier d’initiation au langage HTML et CSS pour les jeunes filles de 8 à 13 ans. La rencontre se tient chez un organisme partenaire qui soutient la démarche, et une dizaine de mentors encadrent les séances. Les ateliers sont donnés en anglais et en français. Plusieurs dizaines de jeunes filles, mais aussi de femmes, ont d’ores et déjà pu découvrir les joies de la programmation et se rendre compte que cela est accessible et… ludique ! « Pour défaire l’idée que la technologie est une affaire d’hommes, on estime qu’il faut rejoindre les filles rapidement. » précise Cassie. « On fait notamment des ateliers avec des filles entre 8 et 11 ans et à la fin, elles ont les outils pour monter un site web. Tout le monde peut le faire! » LLC mise donc sur la démocratisation du web par des actions d’initiation concrètes à la programmation. Des graines sont ainsi semées pour un milieu du web dans lequel les femmes pourront plus aisément faire leur place, mieux outillées.

Pixelles

« Gameuse » hyperactive et enjouée, Rebecca a eu très tôt la piqûre pour le jeu vidéo si bien qu’aujourd’hui elle travaille dans le domaine. Mais pour une femme, se tailler une place de choix dans l’industrie du jeu vidéo n’est pas chose aisée. Sexisme, harcèlement et préjugés demeurent monnaie courante à l’égard des femmes qui deviennent publiques dans cette industrie. Aussi, elles demeurent malheureusement minoritaires dans le secteur : dans un récent article du journal La Presse, on mentionne qu’elles représentent un peu moins de 20 % des quelques 2700 employés d’Ubisoft à Montréal. Dans ce contexte, Rebecca a fondé avec une autre amie « gameuse » et féministe l’initiative à but non-lucratif Pixelles. « Avec Pixelles, nous voulons aider plus de femmes à créer et à changer le jeu vidéo à Montréal » avance Rebecca. Pour cela, plusieurs ateliers sont régulièrement proposés afin de permettre à tout un chacun de concevoir leur propre jeu : on peut ainsi s’initier à la modélisation 3D ou encore en apprendre plus sur le « Game Design ». Surtout, Pixelles proposent d’entourer les futures créatrices de jeux et offrent un programme de mentorat : les jeunes femmes désireuses de percer dans l’industrie du jeu vidéo peuvent ainsi bénéficier de l’appui d’une travailleuse expérimentée et recevoir des conseils, du soutien et des réponses à toutes les questions qu’elles ont sur la création de jeux vidéo. Le prochain rendez-vous ? Le « Mother’s Day Game Jam » qui sera l’occasion pour les apprenties-créatrices de développer des jeux vidéo rendant hommage à leur mère.

Pour suivre l’ensemble des articles publiés sur le web concernant cette mission merci de vous connecter sur le Storify !

La délégation de professionnels français financée par la Région Ile-de-France engagés dans la lutte contre les discriminations est partie à la rencontre de ces québécoises et québécois qui initient et coordonnent des projets porteurs d’égalité professionnelle. Parmi ceux-ci, la délégation a eu un coup de cœur pour deux « geekettes » inspirantes, fondatrices et initiatrices d’actions permettant aux femmes d’apprendre à programmer et à s’approprier les outils du web.

Isabelle Lainé

date de création : 2015-05-04 16:37:56

Share This
X